Bientôt le transfert d’argent via Facebook

screen-facebook

Après Snachat et son Snapcash, c’est au tour du géant des réseaux sociaux de se lancer dans le transfert d’argent. Prochainement, Facebook devrait permettre à ses utilisateurs de transférer de l’argent directement via l’application Messenger qui sert pour le moment uniquement de moyen de communication par messages.

Le principe

L’objectif de cette évolution est de faciliter les transferts d’argents des internautes et devrait permettre à Facebook de s’étendre vers un autre domaine. Afin de transférer de l’argent via Facebook Messenger, l’internaute devra dans un premier temps indiquer les coordonnées de sa carte bancaire comme pour n’importe quel site de e-commerce. Puis, il suffira ensuite de cliquer sur la nouvelle icône en forme de dollar qui devrait faire son apparition dans les prochains mois, et de sélectionner le montant désiré. Une fois confirmé, le transfert se fera immédiatement vers la personne.

Les coordonnées de la carte ne seront pas forcément demandées à chaque fois, mais pourront être enregistrées dès le premier virement.

Plus de 500 millions d’utilisateurs

La force de Facebook ce sont ses utilisateurs. Plus de 500 millions d’internautes utiliseraient l’appli Facebook Messenger à travers le monde. Cela fait donc 500 millions de clients potentiels pour ce nouveau système de transfert d’argent. On ne sait pas encore si Facebook prendra une commission sur ces transferts, mais il serait judicieux pour le géant de l’internet de le faire, même avec un pourcentage minime. Dans un premier temps, cette option devrait être disponible uniquement sur les applis pour smartphones et tablettes iOS et Android, puis sera ensuite développée pour les PC.

Le seul problème auquel devrait être confronté Facebook, c’est la confiance de ses utilisateurs. En effet, le réseau social aura intérêt à préparer sa communication concernant la sécurité de son système de transfert d’argent pour espérer que les internautes optent pour cette solution plutôt qu’une autre. De plus, cette évolution souligne encore plus le risque qu’un site comme Facebook ait accès à un grand nombre de données personnelles de ses utilisateurs pouvant amener à certaines dérives encore plus graves lorsqu’il s’agit des coordonnées bancaires.